Le flashback

Le Club qui illumine vos nuits

Le sport contre le cancer : une formule gagnante

Faire du sport est bon pour la santé. Cela permet de maintenir la forme et surtout de prévenir bon nombre de pathologies. En ce qui concerne le cancer, la pratique d’une activité sportive régulière permet de la prévenir. Si l’on est y sujet, des exercices physiques pendant et après le traitement diminuent le risque de mortalité. Explications.

Quelques heures de sport pour contrer 7 types de cancer : une étude prouvée

S’adonner à une activité sportive enraie significativement le développement des cellules cancéreuses. Toutefois, seule une pratique importante et bien dosée garantit un tel résultat.

En général, un adulte doit se consacrer à 30 minutes d’exercices supplémentaires par jour au minimum au quotidien, 5 jours sur 7. Il faut compter au moins 1 heure d’exercices quotidiens pour les enfants. C’est une règle recommandée par l’ANSES pour le cancer et de nombreuses autres pathologies.

Une enquête effectuée par des chercheurs de l’American Cancer Society, publiée dans la revue Journal of Clinical Oncology, préconise des séances de sport modéré de 2h30 à 5 heures par semaine afin de diminuer les probabilités de contracter la maladie. Pour le cas d’efforts physiques intenses, cette durée est réduite entre 1h15 à 2h30 par semaine.

Cette étude menée sur base de méta-analyse a démontré d’importantes propriétés protectrices du sport contre 7 types de cancers. Pour une activité physique modérée de 5 heures la semaine, le risque de développer un cancer du côlon diminue jusqu’à 15% chez l’homme. Chez la femme, ce taux baisse jusqu’à :

  • 10% pour un cancer du sein
  • 18% pour un cancer de l’endomètre
  • 7% pour un cancer du rein
  • 19% pour un cas de myélome (cancer de la moelle osseuse)
  • 27% pour un cancer du foie
  • 18% pour un lymphome non hodgkinien

Toutefois, ces données sont fournies à titre déclaratif. L’étude s’est portée sur 750 000 adultes et ce, dans des conditions d’analyse plus ou moins différentes selon le type de cancer.

Comment le sport lutte contre le cancer ?


En général, une activité physique suffisante renforce et protège l’organisme contre les cellules cancéreuses. Notamment, elle permet un meilleur contrôle du poids.

Une augmentation pondérale favorise en outre la propagation de multiples cancers dont celui de l’œsophage, de l’endomètre, du rein, du pancréas, du côlon-rectum et du sein. Aussi, faire des exercices réguliers diminue significativement certaines hormones responsables de la croissance cellulaire dont l’insuline et l’IGF-1.

Des études ont aussi démontré que le sport à dose faible ou modérée durant un traitement améliore la qualité de vie du patient. Cela permet de résorber la fatigue et le manque de sommeil. Cela a aussi un impact positif sur l’image que le patient a de son corps et de son état. S’adonner à des exercices physiques améliore son bien-être général en l’aidant à lutter contre la dépression et l’anxiété.

Autre point crucial d’une telle activité : cela permet à l’organisme de limiter les risques de récidive.

Plus spécifiquement, l’effort physique aide à accélérer le transit intestinal. Il diminue la durée d’exposition de la muqueuse digestive aux agents cancérigènes des aliments.

Quant au cancer du sein, il abaisse le taux d’œstrogènes permettant de renforcer le système immunitaire. Dans le cas d’un cancer du poumon, solliciter les fonctions respiratoires par l’effort physique réduit l’agrégation des éléments cancérigènes au niveau de l’organe. Cela aide aussi à restreindre le stress oxydatif du tabac.

Il est à noter que la fréquence et l’intensité des activités doivent tenir compte des capacités du patient.